L’industrie mécanique : un secteur qui recrute

La crise, le chômage, des perspectives d’avenir sombres pour les jeunes. Voilà ce que les médias nous proposent quotidiennement. Pourtant, un secteur n’est pas concerné par cette morosité : l’industrie mécanique.

L’industrie mécanique, qu’est-ce-que c’est?

Pour expliquer simplement, lorsque l’on extrait une matière première brute, on lui fait subir une multitude de transformations jusqu’à obtention d’un produit fini. Ce processus de transformation est effectué, étape par étape, par des salariés de l’industrie. L’industrie mécanique consiste plus précisément en l’étude, la conception et la fabrication de dispositifs produisant un mouvement ou une force. Elle requiert de nombreux savoir-faire et se divise en 2 grandes branches : d’une part la transformation (sidérurgie, fonderie) et l’équipement (production de machines, composants), d’autre part l’industrie de précision (optique, instruments de mesure, instruments médicaux…).

L’industrie mécanique : elle ne connaît pas la crise

Les industries mécaniques françaises regroupent pas moins de 11 500 entreprises et emploient 620 000 salariés. Ce secteur est en pleine expansion et les possibilités d’embauches nombreuses.

L’industrie mécanique est avide de candidatures pour pourvoir les postes libres et cette avidité ne va faire que s’accroître : les perspectives d’ici 2020 sont la création de plus de 100 000 emplois par an. Si ce domaine d’activité connaît de tels besoins, ce n’est pas sans raison. L’industrie mécanique est sur tous les fronts : l’industrie des transports, la production d’énergie, l’armée, la chimie, l’agro-alimentaire, le médical… des domaines variés et fondamentaux. L’industrie mécanique offre de formidables perspectives d’avenir aux jeunes à la recherche d’un emploi ou encore scolarisés, en quête d’une orientation judicieuse.

Industrie mécanique : les différents métiers et formations

Dans l’industrie mécanique, le diplôme minimum est le bac pro. Il permet d’occuper des postes d’ouvriers spécialisés ou d’opérateurs. Pour être technicien, il faut le bac + 2. Enfin, avec bac + 5, il est possible de prétendre aux fonctions d’ingénieur. A noter, de nombreux jeunes choisissent la voie de l’apprentissage via les centres de formation des apprentis de l’industrie et des instituts des techniques d’ingénieurs de l’industrie.

Articlе Spоnsоrisé